Anglais

Comment bien prononcer les mots en anglais ?

prononcer en anglais

« Comment prononcer les mots en anglais » est une question récurrente chez de nombreux apprenants de la langue de Shakespeare. Cette préoccupation est légitime, étant donné que la maîtrise de la langue passe aussi par une bonne élocution.

Il faut un réel apprentissage pour parvenir à bien prononcer les mots anglais, au-delà de la connaissance de leur orthographe. Heureusement, la langue commerciale est accessible si on déploie les efforts conséquents pour l’étudier.

Afin de vous aider à bien prononcer les mots anglais, ce guide vous livre quelques techniques pratiques et éprouvées.

Le b.a-ba pour bien prononcer les mots anglais : apprendre l’Alphabet phonétique international (API)

L’Alphabet phonétique international fournit la transcription des sons de toutes les langues. Dans l’API, chaque signe – ou symbole – représente un seul son et vice-versa. Les graphies utilisées pour représenter un son à l’écrit ne sont donc pas prises en considération.

Actuellement, la majorité des dictionnaires indiquent la prononciation des mots suivant le système API. La représentation phonétique d’un son, d’un terme ou d’une phrase se trouve toujours entre crochets.

Choisissez une variante d’anglais

Les locuteurs d’anglais natifs ne parlent pas tous de la même façon. Il existe des nuances parfois significatives à l’oral comme à l’écrit. L’apprenant doit donc tenir compte de cette réalité pour bien orienter ses efforts. Mais combien de types d’anglais existe-t-il ?

  • L’anglais UK ou britannique. Cette variante est l’une des plus connues et les plus parlées au monde. En effet, c’est le type retenu dans la majorité des pays d’Europe. On la retrouve aussi en Afrique et en Asie.
  • L’anglais US ou américain. Ce type d’anglais est également très répandu, en raison de l’influence des USA dans de nombreux domaines.
  • L’anglais canadien. Il est très similaire au type US à l’oral en raison du lien géographique. Toutefois, à l’écrit, on retrouve un mix de termes britanniques – lien historique – et américains.
  • L’anglais australien et néo-zélandais. Cette variante se distingue des autres formes d’anglais notamment à cause de son accent. Mais, elle se rapproche énormément du type UK à l’écrit.
  • L’anglais international. Il s’agit d’une conception d’un anglais neutre, dont le système de graphie intègre les variantes britanniques et américaines.

Il faut relever qu’il existe des formes d’anglais variant en fonction de la zone où il est parlé. Au Royaume-Uni par exemple, il existe des nuances au sein des communautés si bien qu’elles se reconnaissent par leur accent.

Fort de ce qui précède, nous vous recommandons d’étudier la variante que vous serez amené à utiliser au quotidien.

Appliquez une technique basique : décomposer les longs mots en syllabes

Lorsqu’on est novice, lire couramment un texte n’est pas gagné d’avance. C’est pour cette raison que vous devez moduler votre manière de lire. Rappelons tout d’abord qu’un long mot en anglais est celui qui comporte au moins 2 syllabes. Alors, pour lire ce genre de terme, on le découpe en syllabes, qu’on lit séparément. Prenons l’exemple du mot « industrialisation ». Identifions les syllabes : in – dus – tria – li – sa – tion ; le mot compte 6 syllabes. Pour le prononcer sans hésitation, on lit chacune de ses syllabes posément et sans rupture – si possible. Ensuite, on répète l’exercice jusqu’à pouvoir lier les syllabes dans un même débit naturellement. Cette technique est efficace même avec des mots extrêmement longs.

Écoutez du contenu vocal en anglais correct

écouter professeur d'anglais

Il est impossible de bien prononcer les mots anglais sans écouter ceux qui s’expriment bien. Nous savons que l’écoute est la première phase du langage. C’est à force d’écouter qu’on peut restituer ce qu’on entend. L’apprenant doit donc s’atteler à suivre comment les locuteurs compétents articulent leurs propos. Comme c’est le cas avec toutes les langues, cet apprentissage doit être régulier si on espère obtenir des résultats probants. Voici quelques idées pour améliorer votre prononciation par l’écoute :

  • bien écouter votre professeur d’anglais parler en classe ;
  • suivre le journal télévisé ou à la radio ;
  • écouter des audiobooks ;
  • suivre des débats instructifs en anglais ;
  • suivre les cours d’anglais télévisés ;
  • regarder les documentaires littéraires et scientifiques ;
  • suivre des podcasts instructifs en anglais, etc.

Converser avec des locuteurs anglophones

Vous ne parviendrez jamais à prononcer les mots convenablement en restant silencieux. Alors, jetez-vous à l’eau en conversant avec des locuteurs anglophones, même si votre élocution n’est pas au point. La communication avec les autres vous permet de gagner en confiance et de progresser. N’hésitez donc pas à demander de l’aide à vos interlocuteurs pour affiner votre diction.

Si vous un de vos proches maîtrise l’expression anglaise, saisissez l’opportunité de discuter avec elle en anglais aussi souvent que possible. Ainsi, aux côtés de quelqu’un de confiance, vous pourrez apprendre sans complexe. Les élèves et étudiants pourront par exemple rejoindre un club d’anglais, pour communiquer entre camarades et asseoir leur expression orale.

Utilisez un dictionnaire physique ou virtuel

Le dictionnaire est une ressource non négligeable pour apprendre la prononciation des mots. Il comporte généralement la transcription phonétique de chaque mot qu’il renferme. Par conséquent, l’apprenant doit l’exploiter au maximum pour déceler comment se prononcent les mots. Il pourra par exemple se rendre compte que certains mots écrits différemment se prononcent de façon identique.

Il est également possible de se tourner vers un dictionnaire virtuel ou électronique, disponible sur application ou sur Internet. Les applications mobiles, web et sites internet proposent, en plus de la phonétique et du sens des mots, la prononciation. L’utilisateur peut donc aisément apprendre à lire les mots et faire le lien entre leur transcription et leur graphie. Il faut noter qu’il est même possible d’avoir des prononciations, en accents britannique et nord-américain, notamment. À l’ère de la technologie de pointe, ce serait dommage de ne pas profiter de ces facilités.

Enregistrez vos propos pour bien évoluer

s'enregistrer

Il n’est pas toujours possible d’échanger avec des interlocuteurs anglophones. Les portes de l’apprentissage ne sont pas pour autant fermées. Même seul, il est possible de s’améliorer en prononciation.

Enregistrez ce que vous dites en anglais puis comparez avec des références en la matière. Remarquez qu’il est possible de copier une bonne prononciation juste en l’écoutant, sans nécessairement connaître l’orthographe des termes. Vous pouvez alors répéter et enregistrer des paroles entendues de diverses sources. Pour valider vos résultats, vous pouvez transmettre vos enregistrements à une personne aux connaissances linguistiques établies. C’est d’ailleurs une méthode employée par de nombreux apprenants, dans le cadre d’un suivi à distance par exemple.

Il faut souligner que cet exercice doit s’inscrire dans la durée dans le cadre d’un apprentissage rigoureux. Ne sous-estimez pas cette technique, faites preuve d’assiduité afin de couronner vos efforts de succès.

Faites de la lecture à haute voix

Quand vous parlez, c’est comme si vous lisiez quelque chose d’écrit. Par conséquent, la lecture est un outil efficace pour bien s’exprimer. Seulement, en l’occurrence, l’apprenant lit divers écrits à haute voix. Cette pratique vous permet d’acquérir de la fluidité dans l’élocution et de bien ressortir les sons. Votre débit de parole devient naturel – non hésitant – et juste. Un bienfait de cette méthode est que vous pouvez vous corriger après une lecture erronée, puisque vous vous entendez parler. Avec cette technique, vous êtes pratiquement dans la peau d’un orateur, dont vous êtes censé(e) copier la manière de s’exprimer. Afin d’obtenir de meilleurs résultats, vous pouvez vous faire assister par une personne qui contrôlera votre lecture en temps réel.

Étudiez et appliquez les règles de l’accent tonique

Dans la langue de Shakespeare, une bonne prononciation est impossible sans la maîtrise de l’accent tonique. Suivant ce principe, l’accentuation se fait sur au minimum une syllabe dans un mot. Le procédé consiste à modifier l’intonation, prolonger la syllabe et y mettre plus d’emphase. Il faut préciser que l’accent tonique s’applique uniquement aux voyelles. Vu la sensibilité du sujet, il est préférable pour l’apprenant de prononcer les mots sans accent tonique que de le placer au mauvais endroit. Par conséquent, il est important de prendre le temps de bien comprendre son usage avant sa mise en application.

Apprendre aux côtés d’un enseignant qualifié

Étudier sous l’encadrement d’un enseignant est assurément le format le plus efficace pour savoir comment prononcer les mots en anglais. Pour aider les personnes en quête de savoir linguistique, italki s’appuie sur un réseau d’enseignants compétents. Alors, saisissez l’opportunité d’apprendre l’anglais depuis votre domicile, votre bureau, etc. Sélectionnez un professeur d’anglais pour vous tenir la main au long de votre apprentissage.

Vous aimeriez étudier d’autres langues ? C’est possible avec italki. Issus d’horizons divers, nos apprenants suivent des cours individuels dans plus de 150 langues. Alors, si vous voulez par exemple découvrir dix petites astuces pour améliorer votre accent en espagnol, c’est par ici !   Vous avez besoin de renseignements supplémentaires avant de vous inscrire ? Nous sommes à votre disposition. N’hésitez donc pas à nous écrire dès que possible.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.