Japonais

Utiliser pleinement le japonais pour les affaires

Utiliser pleinement le japonais pour les affaires

Vous devez bientôt rencontrer un client japonais lors d’une réunion d’affaires et souhaitez mettre à profit vos compétences en japonais ? Maîtriser les codes du japonais des affaires n’est pas chose aisée, car la culture d’entreprise japonaise est très codifiée.

Dans cet article, nous vous donnons quelques clés et une série d’expressions incontournables pour débuter avec le japonais des affaires et éviter de commettre un impair. Par ici le guide !

Le keigo, quèsaco ?

Dans le contexte professionnel nippon, il est d’usage de recourir au langage honorifique japonais ou keigo. Hérité de l’ancien système de caste, ce langage est resté au cœur de la société japonaise moderne, et particulièrement dans le monde des affaires où statut et hiérarchie jouent un rôle fondamental.

Alors, quand l’utiliser ? Pour marquer son respect et sa considération envers une personne plus âgée, ayant un statut plus élevé ou plus d’expérience dans un cadre social ou professionnel. Très souvent, en soi ! On ne va pas vous le cacher, le keigo n’est pas simple, mais ne vous en faites pas, cela viendra avec la pratique. Cela étant, savoir utiliser correctement le langage honorifique fera votre succès dans un contexte professionnel japonais.

Utiliser pleinement le japonais pour les affaires

Comprendre les concepts fondamentaux du uchi et du soto

Pour bien comprendre les us et coutumes du japonais en entreprise, il est primordial de faire la distinction entre uchi et soto (le dedans et le dehors). En effet, vous ne parlerez pas de la même manière à une personne uchi (appartenant à votre cercle social) qu’à une personne soto (en dehors de votre cercle social : un client, une autre entreprise par exemple).

Pour simplifier à l’extrême – car les règles sont bien plus complexes que cela – vous devrez utiliser le keigo si vous ne faites pas partie du même cercle social, tout en sachant que ce langage honorifique est composé de différentes formes selon la situation et le niveau de politesse requis. Vous suivez toujours ?

Utiliser les suffixes honorifiques japonais à bon escient

San, kun, chan, sama, cela vous dit forcément quelque chose, n’est-ce pas ? Dans le japonais des affaires, vous devrez utiliser un certain nombre de suffixes honorifiques. Mais comment savoir lesquels utiliser et dans quel contexte précis ? Par exemple, pour s’adresser à un client pendant vos réunions de travail ou à un supérieur hiérarchique, vous devrez utiliser sama. Mais il existe encore bien d’autres suffixes qui règnent dans le monde des affaires.

Quelques expressions honorifiques incontournables

Après avoir salué votre interlocuteur, « osewa ni natte orimasu » (qui signifie littéralement « je vous remercie pour votre soutien, votre travail ») est une manière très respectueuse de commencer la conversation avec votre client.

« Otsukaresama desu » est une expression de gratitude pour remercier vos collègues de leur travail. Par exemple, vous pouvez démarrer une réunion par un otsukaresama desu ou la terminer par cette expression afin de remercier les participants.

Enfin, « o saki ni shitsurei shimasu », autrement dit « je m’excuse de partir en premier », s’emploiera lorsque vous quitterez la réunion avant les autres.

Vous l’aurez compris, maîtriser les usages du japonais en entreprise peut être un véritable casse-tête. Si vous souhaitez les appréhender sans commettre d’erreur culturelle, faire appel à un professeur de japonais spécialisé dans la langue des affaires peut s’avérer utile pour acquérir les compétences nécessaires afin de prospérer sur le marché japonais. Vous n’aurez plus d’excuses pour apprendre le japonais !

Related Posts